Comprendre le déficit de pression de vapeur (DPV ou VPD)

🖊️ Dossier réalisé par Matthieu – 11/2022

Si vous ne connaissez pas le déficit de pression de vapeur (DPV en français ou VPD en anglais) et sa fonction dans le développement des plantes, vous perdez l’une des stratégies les plus efficaces pour augmenter le poids de la récolte.

Même avec la meilleure nutrition et la meilleure génétique disponibles, vos plantes n’atteindront pas leur plein potentiel si la température et l’humidité ne sont pas contrôlées.

Les meilleurs cultivars au monde peuvent réguler le DPV pour maintenir les stomates de leurs plantes ouverts, ce qui leur permet d’absorber autant de nutriments que possible. Comme vous pouvez vous y attendre, cela conduit à une croissance rapide.

Nous allons voir comment vous pouvez le faire vous-même dans votre chambre de culture, mais d’abord, passons en revue quelques informations fondamentales sur le déficit de pression de vapeur.

Qu’est-ce que le déficit de pression de vapeur ?

Bien que le terme « déficit de pression de vapeur » puisse sembler scientifique et compliqué, il s’agit simplement d’une mesure utilisée par les jardiniers professionnels pour exprimer la pression combinée de la température de l’air, de la température des feuilles et de l’humidité relative.

Feuille plante qui transpire à cause de DPV

En termes simples, le DPV décrit comment vos plantes se sentent dans leur environnement actuel en termes de teneur en humidité et comment elles y réagissent.

La DPV est définie comme la différence entre les conditions à l’intérieur de votre feuille (PVSat – pression de vapeur saturée) et les conditions dans l’air (PVair – pression de vapeur de l’air).

Si votre salle de culture est chaude et sèche, vos plantes transpireront plus rapidement afin d’équilibrer les conditions dans leurs feuilles et dans la chambre de culture.

En revanche, si votre environnement est assez humide, votre plante ne transpirera pas beaucoup, car les conditions dans la chambre de culture sont beaucoup plus proches des conditions à l’intérieur de votre plante – humides.

Quelle est l’importance du DPV pour les plantes ?

Si votre DPV est trop élevé, vos plantes transpireront excessivement. Cela signifie qu’elles absorberont plus de nutriments, ce qui peut entraîner une toxicité.

Un DPV très faible, d’autre part, produira également des problèmes. Vos plantes ne transpireront pas, ce qui les empêchera d’absorber de nouveaux nutriments et entraînera des carences.

En tant que jardinier, vous pouvez gérer le DPV pour inciter vos plantes à maintenir leurs stomates ouverts et à évacuer continuellement l’humidité dans l’environnement de culture.

Cela maximise l’absorption des nutriments par les racines. Lorsque vos plantes transpirent, elles doivent absorber de l’humidité supplémentaire via leurs racines pour compenser l’humidité qu’elles perdent.

Lorsque des nutriments sont apportés à la zone racinaire, ils sont absorbés en même temps que l’humidité, c’est ainsi que fonctionne l’alimentation.

En principe, vous pouvez contrôler le DPV pour encourager vos plantes à absorber continuellement les nutriments. Il y a toutefois une limite à ne pas franchir, car trop de nutriments ne sont pas bénéfiques (toxicité).

Cependant, en déterminant la plage idéale de DPV, vous obtiendrez une plante plus efficace et plus saine. Par conséquent, la plante devient plus résistante et donne un meilleur rendement.

Les cultivateurs qui peuvent régler correctement leur DPV peuvent optimiser le potentiel génétique de leurs plantes. Mais comment s’y prendre ?

Le DPV affecte-t-il l’absorption du CO2 par les plantes ?

De nombreux jardiniers sont curieux de savoir comment le DPV affecte l’absorption de CO2 par les plantes. L’objectif général étant de pousser la plante à sa pleine capacité, elle sera capable d’absorber le CO2 plus rapidement.

Cela suggère que si vous essayez d’améliorer votre DPV, vous pouvez absolument bénéficier d’un supplément de CO2.

    co2

    Dans la salle de culture, comment calculer le DPV ?

    Suivre un tableau de DPV est de loin la technique la plus simple pour calculer le DPV dans la chambre de culture. Un tableau est fourni ci-dessous. Pour faire simple, vous voulez rester le plus possible dans le vert au fur et à mesure que vous progressez dans les phases de développement.

    Cependant, il est utile de comprendre la physique qui sous-tend ces graphiques. Nous allons vous guider à travers un exemple de calcul du déficit de pression de vapeur dans une chambre de culture avec :

    • Température de l’air : 25 °C
    • Température des feuilles : 23 °C
    • 50 % d’humidité relative

    Ce dont vous aurez besoin :

    • Un hygromètre standard (obligatoire).
    • Un thermomètre à infrarouge (non obligatoire, mais très utile) pour mesurer la température des feuilles. Vous pouvez utiliser votre hygromètre et placer la sonde près de la canopée, mais cela sera moins précis.

    Vous pouvez calculer le déficit de pression de vapeur une fois que vous connaissez la température de l’air, la température de la feuille/canopée et l’humidité relative.

    Dans l’ordre, on va  :

    • Calculer la PVsat (ou VPsat), qui est la pression dans votre feuille. Pour cela, vous utiliserez la température de la feuille
    • Calculer ensuite calculer PVair (ou VPair), qui est la pression de l’air de la chambre de culture. Le calcul est le même, mais vous utilisez la température de l’air au lieu de la température des feuilles et vous multipliez par l’humidité relative.
    • Et avec ses deux valeurs que l’on soustrait, on obtient le DPV en kPa (kilopascal).

    Mais qu’est-ce que cela signifie exactement, et comment cette valeur peut-elle nous aider ? 

    Valeurs idéales du DPV à différents stades de développement

    Les plantes, comme vous le savez probablement, ont besoin de conditions atmosphériques variées à différents stades de leur développement. Pendant la saison de croissance, l’humidité et la température doivent diminuer progressivement.

    Les jeunes semis et les plantes en début de végétation préfèrent des températures et une humidité plus élevées, tandis que les plantes en fleurs préfèrent des températures et une humidité plus basses. Voici quelques suggestions :

    • 0,4-0,8 Kilopascals pour la propagation/les premiers légumes (kPa)
    • 0,8-1,2 Kilopascals pour la fin de la végétation/le début de la floraison (kPa)
    • 1,2-1,6 Kilopascals pour la floraison moyenne/tardive (kPa)

    Toute mesure de DPV inférieure à 0,4 kPa (trop faible) ou supérieure à 1,6 kPa (trop élevée) est jugée inquiétante. Comme indiqué précédemment, ces changements dans les conditions de l’air entraîneront un retard de développement et des carences nutritionnelles.

    Votre objectif doit être de maintenir votre lecture DPV aussi proche de 1 que possible. Si vous y parvenez, votre environnement sera presque idéal !

    Comment utiliser un graphique DPV pour calculer le déficit de pression de vapeur

    Il n’est pas nécessaire de calculer continuellement les circonstances dans votre pièce, car tout le monde n’a pas le temps.

    Vous pouvez aussi simplement suivre un graphique DPV. Celui-ci affiche toutes les mesures potentielles de DPV à différentes températures et niveaux d’humidité relative.

    Avec le tableau sous les yeux, vous pouvez rapidement calculer la plage appropriée pour le stade de croissance de votre plante et ajuster la température et l’humidité selon les besoins pour maintenir le niveau idéal pendant chaque phase de croissance.

    Manipulation du DPV dans la salle de culture

    Si vous calculez votre DPV et découvrez qu’il y a un problème, qu’il soit trop bas ou trop élevé, vous devez agir.

    Cela revient à modifier soit la température, soit l’humidité relative, soit les deux. En fonction de la manière dont vous devez modifier l’atmosphère, vous pouvez le faire à l’aide de différents types d’équipements :

    • climatiseurs
    • déshumidificateurs
    • appareils de chauffage.
    • Humidificateurs
    Ventilateur chambre de culture

    Cependant, la plupart du temps, vous pouvez contrôler votre DPV avec un simple système de ventilation. Vous pouvez régler avec précision la fréquence d’évacuation de l’air et d’apport d’air frais en configurant des cycles d’admission et d’évacuation.

    Notre blog contient des instructions détaillées pour l’installation d’un système de ventilation.

    Conclusion

    Vous êtes sur la bonne voie pour améliorer l’environnement de votre chambre de culture maintenant que vous comprenez la valeur du DPV et comment le modifier.

    Il suffit de trouver un tableau de DPV et d’adapter votre température et votre humidité pour rester dans la zone verte. Cela peut devenir complexe, mais ce n’est pas nécessaire !

    Et en vidéo, tout est expliqué juste ici :

    Table des matières

    FAQ

    Il existe deux méthodes pour influencer et contrôler le déficit de pression de vapeur :

    • Augmenter la température pour accroître le DPV.
    • Réduire la température pour réduire le DPV.

    Il est essentiel de ne pas dépendre uniquement de l’humidité relative comme mesure de l’humidité de votre chambre de culture. En termes de compréhension et de stimulation de l’activité des plantes, le déficit de pression de vapeur est un outil de croissance bien plus complet que l’humidité relative. 

    Le DPV est 1/10e à 1/100e plus important la nuit, donc non. Je m’assurerais simplement que votre chambre de culture la nuit est correctement aménagé pour que vos plantes ne soient pas stressées et que vous n’ayez pas de problèmes de maladies ou d’insectes.