Réflecteur lampe horticole, tout ce que vous devez savoir

🖊️ Dossier réalisé par Matthieu – 09/2022

Maintenant que vos lampes de culture intérieure sont installées et fonctionnent, et que votre système hydroponique est opérationnel, il est temps de s’assurer que tout est en ordre.

Cependant, il vous manque un réflecteur lampe horticole. Et vous n’avez aucune idée de la façon de choisir le meilleur.

C’est une chose d’avoir un système bien optimisé avec un superbe éclairage, et c’en est une autre d’utiliser cet éclairage correctement. Cultiver avec un mauvais réflecteur, ou pire, sans réflecteur du tout, réduit le rendement des cultures. Ce n’est pas ce que l’on souhaite !

Parce qu’il y a une multitude de marques qui tentent de vous vendre des réflecteurs pour lampes horticoles, le monde des réflecteurs pour lampes de culture est complexe, et il y a beaucoup de désinformation. Cet article vous fournira une référence détaillée de tout ce que vous devez savoir avant d’acheter un réflecteur pour votre jardin intérieur.

Types de réflecteurs pour lampes de culture

Les réflecteurs sont variés : ouverts, refroidis par air, réglables ou spécifiques pour lampes DHI à double extrémité. Le type que vous choisissez dépend entièrement de vos lampes de culture.

Non seulement il en existe plusieurs sortes, mais chaque type est également disponible dans une variété de formes et de tailles :

  • Carré
  • Parabolique
  • Rectangulaire
  • Large
  • Compact
Réflecteur lampe horticole

Chacune de ces combinaisons de formes et de types reflète une empreinte distincte de la lumière, allant de large et moins intense à étroite et intense.

Comme si cela n’était pas assez déroutant, les fabricants de réflecteurs pour lampes de culture utilisent une variété de matériaux réfléchissants, chacun ayant ses propres avantages et inconvénients.

Vous vous demandez sans doute quelle est la meilleure combinaison ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. Contrairement aux autres fournitures hydroponiques, il n’existe pas de réflecteur optimal. Comme votre environnement de croissance, vos exigences et votre scénario sont uniques, votre achat de réflecteur doit l’être aussi.

Cependant, cet article devrait vous fournir toutes les informations dont vous avez besoin pour faire le meilleur choix pour vos lampes de culture.

Pourquoi avons-nous besoin de réflecteurs ?

Pour apprécier la valeur d’un réflecteur de lumière de culture, considérez ce à quoi votre jardin ressemblerait sans lui. Cela signifie que vous ne feriez qu’utiliser une lumière et rien d’autre. Selon le type d’éclairage hydroponique que vous choisissez, vous enverrez la moitié de la lumière créée par vos lampes directement vers le haut, où elle rebondira sur vos plafonds et vos murs, la gaspillant ainsi.

Ampoule CFL allumé avec réflecteur

Supposons que vous ayez ajouté un réflecteur à votre éclairage. Désormais, la totalité (ou du moins la majeure partie) de la lumière perdue est canalisée vers le bas, vers le couvert végétal, ce qui augmente instantanément l’efficacité de votre jardin.

Comment fonctionne votre réflecteur ?

Lorsque votre lampe de culture émet des photons, ceux-ci se déplacent en ligne droite jusqu’à ce qu’ils entrent en collision avec quelque chose – dans cet exemple, le réflecteur de la lampe de culture. Ils frappent précisément la surface réfléchissante de votre réflecteur.

À ce stade, nous devons nous pencher sur la surface réfléchissante. Il existe des réflecteurs dont la surface réfléchissante est polie et plate, mais aussi des réflecteurs dont la surface réfléchissante est marbrée ou alvéolée.

Si vous achetez un réflecteur avec une surface polie, les photons libérés par votre lampe de culture suivront la loi de la réflexion. Si vous en achetez un avec une surface alvéolée, la lumière rebondira dans toutes les directions.

Ces deux surfaces doivent avoir l’indice de réflexion le plus élevé possible. Lorsque les photons frappent la surface de votre réflecteur, l’indice de réflexion indique la proportion de l’énergie lumineuse qui est perdue en chaleur.

Prenons l’exemple d’un réflecteur qui réfléchit 97 % de la lumière. Quand un photon rebondit sur lui, 3 % de son énergie est perdue sous forme de chaleur. Il est donc compréhensible que vous souhaitiez réduire le nombre de rebonds que votre lumière doit effectuer avant d’atteindre la surface de vos plantes.

En termes d’énergie perdue en chaleur, pouvez-vous prédire où elle va ? Dans votre environnement de culture, où elle va augmenter la température de votre chambre de culture.

Réflecteurs : Ouvert ou refroidi par air

Cela nous amène aux deux types de réflecteurs de base pour les lampes de culture :

  • ouverts
  • refroidis par air.

Les réflecteurs ouverts sont conçus pour réfléchir autant de lumière que possible vers vos plantes tout en canalisant l’excès de chaleur vers le haut pour l’évacuer hors de l’espace par des ventilateurs ou d’autres techniques.

Les réflecteurs ouverts ont l’avantage d’être réglables, ce qui signifie que votre lumière peut être positionnée près ou loin de votre plante, et que la forme du réflecteur peut être modifiée pour répondre à vos besoins. Cette polyvalence, ainsi que leur coût moins élevé, en font un choix populaire parmi les jardiniers à petit budget.

Les réflecteurs fermés, refroidis par air, sont constitués d’une feuille de verre sur le fond, l’air froid circulant d’un côté à l’autre avant d’être expulsé de la pièce.

Les réflecteurs refroidis par air sont très utiles pour cultiver des plantes sensibles à la chaleur dans des endroits restreints.

Qu’est-ce qui distingue un réflecteur d’un autre ?

Si de nombreux éléments entrent en jeu, la meilleure méthode pour juger votre réflecteur de lumière horticole est son homogénéité. Pour faire simple, dans quelle mesure votre réflecteur est-il efficace pour produire une empreinte lumineuse également répartie ?

La dernière chose que vous voulez, c’est que votre réflecteur génère un « point chaud » ou une poche de lumière qui soit plus brillante que le reste du jardin. C’est une mauvaise chose, car le point chaud limitera la distance à laquelle vos lampes peuvent être placées par rapport à la surface de vos plantes.

S’il est trop chaud, vous devrez peut-être suspendre votre éclairage plus loin que vous ne le souhaitez, ce qui réduira le rendement lumineux global de vos plantes.

L’utilisation des surfaces réfléchissantes tachetées ou à fossettes dont nous avons parlé précédemment est une méthode pour résoudre les problèmes de points chauds. Ces surfaces sont conçues pour distribuer la lumière, permettant aux photos d’approcher vos plantes sous plus d’angles que ne le ferait un réflecteur à surface polie. 

Lorsque vous achetez un réflecteur à surface diffuse, n’oubliez pas qu’il est disponible en trois tailles : profonde, moyenne et large.

Quel type de matériau réfléchissant dois-je acheter ?

Si vous avez décidé du design et du type de réflecteur que vous voulez, vous devez encore décider du matériau réfléchissant à utiliser.

L’option la plus abordable est l’aluminium oxydé, dont l’indice de réfraction est d’environ 70 %.

L’échelon suivant est l’aluminium anodisé, dont la pureté est d’approximativement 85 %. Toutefois, si vous achetez des réflecteurs en aluminium anodisé bon marché, la surface risque de se dégrader rapidement.

L’aluminium par dépôt physique en phase vapeur (PVD) est le matériau réfléchissant le plus cher actuellement disponible. En optant pour l’aluminium PVD, vous augmenterez l’indice de réflexion à plus de 95 %, ce qui représente une amélioration significative par rapport aux 70 % fournis par les matériaux bas de gamme.

N’oubliez pas que, quel que soit le matériau que vous choisissez, le nettoyage et l’entretien de votre réflecteur sont souvent le seul moyen d’en tirer le maximum de réflexion. Même les meilleurs matériaux ne reflètent pas efficacement s’ils ne sont pas propres !

Pour en savoir plus sur la loi de la réflexion :

FAQ

L’aluminium PVD est le meilleur matériau sur le marché actuellement. Il reste plus cher, mais ses performances sont bien meilleures.

Bien entendu, avoir un réflecteur pour sa lampe horticole n’est pas une obligation. Cela dépend de la lumière que vous êtes prêt à perdre. 

Avec un réflecteur, vous êtes sûr d’utiliser toute la lumière fourni par l’ampoule. Mais aussi, vous serez certains que la consommation électrique de cette ampoule soit utilisée à bon escient.