Ventilation en chambre culture : le guide ultime

🖊️ Dossier réalisé par Matthieu – 11/2022

Votre jardin est un système vivant qui respire et qui a besoin d’air neuf et frais. Mais qui doit aussi expulser un air chaud et sale. L’environnement de votre chambre de culture est tout aussi crucial que la lampe de culture que vous choisissez.

Considérez ceci : Même si votre éclairage de culture est insuffisant pour la taille de la voûte de votre/vos plante(s), si l’environnement au sein de votre espace de culture est correctement configuré, vos plantes s’épanouiront.

En revanche, si vous avez une lampe de culture de haute qualité, mais que l’environnement de votre jardin est toxique, vous ne pourrez rien faire pousser.

Dans cette partie de notre guide de culture, nous allons parler de l’atmosphère de votre chambre de culture, qui comprend la chaleur, l’humidité et le CO2.

La conception de votre chambre de culture sera classée dans l’une des deux catégories suivantes, qui doivent être précisées avant de poursuivre ce sujet : ventilation en boucle fermée ou en boucle ouverte.

Chambres de culture avec une boucle ouverte 

Les chambres de culture à circuit ouvert fournissent continuellement de l’air frais aux plantes, selon l’une des deux approches suivantes. Un ventilateur d’aspiration aspire l’air de l’extérieur, tandis qu’un système d’évacuation passif aspire l’air frais en chassant l’air ancien par un conduit d’évacuation à condition que l’air soit filtré pour éliminer les parasites et les grosses particules.

Schéma ventilation et de filtration chambre de culture

L’utilisation de l’une ou l’autre de ces sources d’air frais présente des avantages et des inconvénients, mais l’idée est que les systèmes en boucle ouverte poussent ou aspirent en permanence de l’air frais dans la salle de culture.

La pression à l’intérieur et à l’extérieur de la pièce est équilibrée, ce qui génère une aspiration d’air neuf et frais. L’air frais peut être introduit dans votre chambre de culture par des fissures dans le cadre de la porte, une fenêtre fendue ou un orifice ouvert dans le mur.

Choisir la bonne taille pour le système de ventilation de votre salle de culture

La performance des composants des conduits est mesurée en mètre cubes par heure, ou CFM (venant de cubic feet per minute).

Pour ce calcul, nous avons un outil que nous vous avons mis dans l’article sur la ventilation en chambre de culture, je vous invite à le consulter ici !

Chambres de culture en circuit ouvert et CO2

Les systèmes en circuit ouvert ne doivent pas être utilisés en conjonction avec des générateurs de CO2. En effet, l’air de votre chambre de culture est continuellement renouvelé. Le CO2 injecté ou créé dans la pièce sera toujours retiré ou dilué, ce qui le rendra inefficace.

Les systèmes en boucle ouverte ne nécessitent souvent pas de climatiseur ou de déshumidificateur. En effet, l’air de la chambre de culture est régulièrement renouvelé, ce qui empêche l’accumulation de chaleur et d’humidité.

Comme les systèmes en circuit ouvert utilisent moins de composants, vous économiserez sur votre facture d’électricité mensuelle.

Espaces de culture en circuit fermé 

Les systèmes en circuit fermé utilisent du gaz CO2 pour fournir de l’air « frais » à l’intérieur de la chambre de culture, plutôt que de s’appuyer sur des ouvertures avec ventilations comme le ferait une chambre de culture en circuit ouvert.

La filtration à l’intérieur de la chambre de culture est régulé et n’est utilisé que lorsque les températures deviennent inappropriées, que les niveaux d’humidité deviennent trop élevés ou que les niveaux de CO2 deviennent dangereux.

Pour éviter que l’atmosphère ne devienne mauvaise, certains cultivateurs qui utilisent une chambre enrichie en CO2 en circuit fermé peuvent faire fonctionner leur ventilateur d’extraction pendant 10 à 15 minutes toutes les deux heures.

Un générateur de CO2 créera le gaz jusqu’à ce que son niveau de ppm atteigne le niveau idéal pour la croissance après que le ventilateur d’extraction programmé ait éliminé toute la chaleur, l’humidité et le surplus de CO2.

Les cultivateurs n’ajoutent pas souvent de la chaleur ou de l’humidité à une salle de culture, car ces variables sont des conséquences courantes des lampes de culture et des plantes elles-mêmes.

Les systèmes en circuit fermé nécessitent parfois l’utilisation d’un climatiseur pour compenser la chaleur générée par vos lampes de culture et pour déshumidifier l’air humide.

Les salles de culture plus grandes nécessiteront un déshumidificateur séparé en plus de l’équipement de climatisation pour éliminer l’excès d’humidité de la salle de culture.

Qu’est-ce que le CO2 et pourquoi en ai-je besoin dans ma chambre de culture ?

Le CO2 est déjà présent dans l’atmosphère ; les quantités naturelles sont d’environ 400 ppm. Les plantes utilisent le CO2 pour produire de l’énergie pendant la photosynthèse.

Le fait qu’il y ait beaucoup de lumière pour convertir le CO2 en énergie est ce qui fait le succès de ce processus. Un éclairage puissant est nécessaire pour que les plantes puissent bénéficier de l’augmentation du CO2.

La plupart des lampes fluorescentes ne génèrent pas assez de lumière pour permettre aux plantes d’utiliser le CO2 supplémentaire. Pour bénéficier de l’enrichissement en CO2 dans votre salle de culture, vous devez disposer d’une lampe HPS/MH ou LED de forte puissance.

Voici quelques autres exemples de systèmes de ventilation en circuit ouvert :

Et ici, un exemple d’une boucle fermée en LED (le plus simple, car pas besoin de refroidir) :

Contrôle du CO2, de la température et de l’humidité dans votre salle de culture

Lorsque vous cultivez des plantes à l’intérieur, vous avez créé un environnement artificiel dans lequel vous êtes chargé de répondre à toutes les demandes des plantes.

Outre la nutrition des plantes, la température, l’humidité et les niveaux de CO2 doivent être contrôlés.

Consultez notre guide complet sur l’automatisation des salles de culture pour plus d’informations sur la façon de simplifier votre travail et de réduire votre charge de travail.

La température de votre salle de culture

La température est vitale pour les plantes, car elle définit le cadre d’une croissance et d’un développement optimal. Les jeunes plantes préfèrent les températures plus chaudes. Cela leur permet en effet de capter davantage d’humidité de l’air via les stomates des feuilles, alors que le système racinaire est encore en formation.

Les températures doivent diminuer progressivement au fur et à mesure que votre plante passe de la phase de végétation à celle de la floraison et de la récolte. Des températures appropriées peuvent contribuer à réduire l’incidence de la moisissure et du mildiou. La température varie en fonction du type de culture et du stade de croissance.

La température idéale est déterminée par l’emplacement de votre zone de culture. La température est également affectée par la taille de l’espace, la ventilation, la quantité et le type d’éclairage, et les taux d’extraction des nutriments.

La plupart des semis de plantes aiment les températures diurnes comprises entre 20 et 25 °C les températures nocturnes comprises entre 16 et 22 °C.

Les températures peuvent augmenter à mesure que les plantes vieillissent, la température maximale pour la plupart des cultures étant de 28 °C.

Une chose à garder à l’esprit est que les températures ne doivent pas varier beaucoup entre les cycles de jour et de nuit. Une différence de température de 3 °C est optimale, tandis qu’une différence de 5-6 °C est le maximum.

Contrôle de la chaleur de la salle de culture

De simples thermomètres analogiques ou numériques peuvent être utilisés pour mesurer la température. Plusieurs thermomètres doivent être placés à différents endroits de la zone de culture, et les températures doivent toujours être mesurées à l’ombre.

Certains thermomètres ont une mémoire et peuvent enregistrer les températures maximales et minimales de la journée. Les cultures peuvent être séparées avec du plastique pour créer des compartiments plus chauds et plus froids selon les besoins.

Si vous avez besoin de refroidir votre espace de culture, envisagez d’utiliser des lumières LED et d’augmenter le flux d’air. Vous pouvez également utiliser vos lumières la nuit, au moment le plus frais de la journée.

Si vous avez besoin de réchauffer l’espace, utilisez des coussins chauffants, plus de lumières ou un éclairage DHI.

Un climatiseur est le meilleur moyen de réguler la chaleur dans votre salle de culture. Il existe plusieurs climatiseurs portables et commerciaux conçus exclusivement pour l’horticulture d’intérieur.

Beaucoup d’entre eux sont équipés de pompes à chaleur, ce qui vous permet de les utiliser pour chauffer votre chambre de culture pendant les mois d’hiver les plus frais, si nécessaire.

Pour plus de détails, consultez notre guide complet sur la gestion de la chaleur dans les chambres de culture !

L’humidité de votre chambre de culture

La température et l’humidité s’associent pour offrir des conditions de culture parfaites. L’humidité relative (HR) est la quantité d’humidité présente dans l’air à une certaine température par rapport à la quantité d’humidité que l’air pourrait conserver à cette température.

Une HR de 50 % à 32 °C, par exemple, indique que l’air n’est qu’à moitié « plein » d’humidité. L’humidité peut être retenue en plus grande quantité à des températures plus élevées.

Une HR de 50 % à 32 °C conservera beaucoup plus d’humidité qu’une HR de 50 % à 21 °C.

Chaque culture et chaque stade de développement aura une humidité appropriée, tout comme la température. Les plantes peuvent absorber trop de solution fertilisante si les niveaux d’humidité sont trop bas, car elles ne peuvent pas recevoir d’humidité par les stomates des feuilles.

Cela peut provoquer une brûlure nutritionnelle due à une augmentation des sels nutritifs. Les feuilles seront flétries et auront des bords brûlés. Les moisissures et le mildiou peuvent se développer à des niveaux d’humidité élevés.

Comme le système racinaire des jeunes plantes est plus petit et moins bien établi, la plupart des plantes ont besoin d’un taux d’humidité plus élevé pendant la phase de développement. En général, l’humidité peut être réduite de 5 % par semaine jusqu’à ce qu’elle atteigne 40 %.

Au fur et à mesure que vous progresserez dans votre carrière de jardinier, vous serez en mesure de manipuler le DPV, également connu sous le nom de déficit de pression de vapeur. Cela vous permettra d’offrir des conditions idéales à vos plantes tout au long de leur vie, ce qui se traduira par les plantes les plus saines et les récoltes les plus élevées que l’on puisse imaginer.

Contrôle de l’humidité dans votre salle de culture

Arrosez toujours vos plantes lorsque les lumières sont allumées afin que la majorité de l’eau s’évapore pendant la journée. Pour éviter les moisissures, éliminez l’excédent d’eau des plantes lorsqu’elles commencent à fleurir.

L’humidité dans l’espace de culture peut être augmentée ou diminuée par la ventilation, qui doit être contrôlée à l’aide d’un hygromètre. Certains gadgets sont capables de mesurer à la fois la température et l’humidité. Il existe des modèles qui, comme les thermomètres, enregistrent les températures minimales et maximales et sauvegardent les données.

Si l’humidité de votre salle de culture doit être augmentée, vous pouvez augmenter la température avec des lumières et une ventilation réduite, ou utiliser un humidificateur à brumisation pour apporter de l’humidité à l’air.

Feuilles de tomates mouillées

Les niveaux d’humidité peuvent être réduits en utilisant des ventilateurs ou des déshumidificateurs de qualité hydroponique. Les plantes trop arrosées sont courantes dans les salles de culture où la circulation de l’air est limitée.

Les plantes transpirent (exhalent) de l’eau supplémentaire, et sans une ventilation suffisante, l’excédent d’eau dans l’air n’a nulle part où aller, ce qui fait que vos plantes restent humides et sont sujettes aux moisissures.

Notre guide complet sur l’humidité dans les tentes de culture vous aidera à réguler l’humidité, que vous cultiviez sous une tente ou dans une pièce, afin de réduire les moisissures et de garder vos plantes en bonne santé.

Niveaux de CO2 dans votre espace de culture

Le dioxyde de carbone (CO2) est essentiel à la croissance et au développement des plantes. Dans une serre, la photosynthèse consomme le CO2 de l’air ambiant. La croissance de vos plantes sera retardée ou arrêtée si le CO2 approprié (ou idéal) n’est pas fourni.

L’importance du CO2 est maximale pendant la phase de croissance et les 6 premières semaines de la floraison.

La relation entre le CO2 et les lampes de culture

Si vous utilisez des lampes de culture de faible puissance, telles que des lampes fluocompactes (CFL) ou fluorescentes, vos plantes disposent probablement d’une quantité suffisante de CO2. L’ajout de CO2, par contre, devrait améliorer les rendements si vous utilisez des lampes de culture LED ou MH/HPS.

L’ajout de CO2 à l’atmosphère dans les pièces à forte luminosité aide les plantes à utiliser une plus grande partie de la lumière et à stimuler la photosynthèse. Les plantes peuvent créer plus d’énergie à partir de la même quantité de lumière, ce qui leur permet de pousser plus rapidement et de produire de plus grosses récoltes.

Ces plantes sont également plus tolérantes au stress thermique et lumineux. En fait, il est conseillé de faire fonctionner le CO2 dans des salles de culture où la température varie entre 26 et 32 °C pour permettre une transpiration accrue.

C’est comme si la plante respirait. Elle respire davantage lorsque le temps est chaud, ce qui lui permet d’absorber davantage de CO2.

Contrôle du CO2 dans la salle de culture

Si de minuscules quantités de CO2 ne nécessitent pas nécessairement une installation de culture scellée, des concentrations plus importantes, de l’ordre de 1 200 à 1 500 ppm, sont plus faciles à obtenir dans une pièce scellée, ou « en circuit fermé ». Le CO2 étant plus lourd que l’air, des ventilateurs oscillants aideront à distribuer le CO2 de manière uniforme dans la zone de culture.

Les générateurs et compresseurs de CO2 sont les moyens les plus pratiques d’ajouter du CO2 à votre environnement de culture. Une minuterie peut être configurée pour mettre en marche un réservoir ou un générateur de CO2 pendant une certaine période.

Arrêtez le CO2 la nuit, car les plantes n’en ont pas besoin lorsqu’elles ne font pas de photosynthèse. En testant régulièrement les niveaux de CO2, vous pourrez affiner le système au fur et à mesure de la croissance des plantes.

Les moniteurs de CO2 évaluent en permanence les niveaux de CO2 dans la région et ouvrent le régulateur quand les niveaux tombent en dessous d’un certain seuil. Des cellules photoélectriques sont généralement incluses avec les moniteurs pour garantir que le CO2 n’est jamais délivré pendant le cycle de nuit.

Vous voulez en savoir plus ? Consultez notre guide complet sur l’utilisation du CO2 dans une chambre de culture !

Contrôle des odeurs dans votre salle de culture

Il est simple de contrôler les odeurs dans une chambre de culture. Vous pouvez éliminer efficacement les odeurs si vous avez créé une atmosphère avec des ouvertures d’échappement et d’admission explicites ou  » ports « . Il est essentiel d’utiliser ces orifices pour gérer l’arrivée de l’air frais et le départ de l’air pollué.

Système ventilation chambre de culture

Un filtre à charbon couplé à un ventilateur en ligne est standard dans les salles de culture. Ce ventilateur aspire l’air de la pièce et le fait passer à travers un filtre à charbon actif, qui  » récure  » les odeurs. L’air est ensuite poussé hors de la pièce dans un couloir extérieur, un vide sanitaire, un grenier, etc.

Il n’est pas toujours possible d’expulser l’air chaud et odorant de votre chambre de culture. Vous devriez vous intéresser aux générateurs d’ions négatifs, aux ozonateurs et aux gels parfumés pour masquer les odeurs de votre culture.

Si vous cherchez une recommandation spécifique, nous avons un article complet sur la gestion des odeurs des chambres de culture.

Cependant, voici un bref aperçu des stratégies et des articles à votre disposition.

Filtres à charbon actif

Lorsque les filtres à charbon sont « activés » par l’oxygène, les pores du charbon à l’intérieur du filtre s’ouvrent. Le charbon actif absorbe les particules odorantes et autres produits chimiques présents dans l’air qui passe.

Filtre à charbon actif pour contrôle des odeurs en chambre de culture

Les filtres à charbon ont des valeurs de mètres cubes par minutes, qui indiquent la quantité d’air qui peut traverser le filtre tout en assurant un nettoyage approprié.

Si vous faites passer trop d’air dans le filtre, le charbon risque d’être surchargé. Les odeurs persisteront alors, rendant le filtre inutile.

S’il n’y a pas assez d’air qui passe par le filtre, vous avez probablement acheté un filtre plus grand que nécessaire. Le filtre fera quand même son travail et vous pourrez vous détendre en sachant que votre culture passe inaperçue.

La plupart des filtres à charbon ont une durée de vie de 1 à 2 ans, en fonction du climat. Les pièces dont le taux d’humidité dépasse 70 % réduisent de moitié la durée de vie du filtre à charbon. Certains filtres à charbon peuvent être renouvelés, mais d’autres doivent être entièrement remplacés.

Choisir Le Bon Filtre À Charbon Pour Votre Salle De Culture

Les filtres à charbon sont disponibles avec des diamètres de bride allant de 10 et 30 cm. Ils sont simples à installer dans n’importe quelle tente ou chambre de culture. La longueur totale des conduits peut aller jusqu’à 1,5 m.

Au moins toutes les 5 minutes, l’air de votre zone de culture doit être renouvelé. Si vous utilisez une tente de culture de 1,5 × 1,5 × 1,8 m, cela équivaut à 4,05 m³ d’air. Un filtre et un ventilateur pouvant déplacer entre 250 et 350 m³/h sont nécessaires pour un débit d’air efficace (CFM).

Il est également essentiel d’équilibrer le flux d’air entrant et sortant. Dans la mesure du possible, vous ne voulez pas créer un vide dans votre espace de culture. Il est donc essentiel de permettre à l’air frais d’entrer tout en repoussant l’air plus ancien.

Nous vous recommandons d’évacuer l’air de votre chambre de culture ou de votre tente une fois qu’il a traversé votre filtre.

La plupart des filtres sont suspendus au toit de l’espace de culture afin d’offrir plus d’espace aux plantes situées en dessous et d’évacuer l’air plus chaud du haut de l’espace de culture ; cependant, les filtres plus lourds peuvent être posés au sol dans une tente de culture qui ne peut pas supporter leur poids.

En général, votre filtre à charbon est configuré comme suit :

Schéma ventilation et de filtration chambre de culture
Configuration de recirculation avec filtre à charbon actif
Schéma ventilation et de filtration chambre de culture
Extracteur d'air avec minuteur
Schéma ventilation et de filtration chambre de culture
Extracteur d'air constamment en marche.

Principe de fonctionnement du filtre à charbon actif

Générateurs d’ions négatifs

Dans l’environnement de culture actuel, les générateurs d’ions négatifs sont peu courants. Ces appareils émettent des ions chargés négativement, qui se combinent avec les ions  » odeur  » et pollution chargés positivement.

L’odeur est neutralisée en mélangeant un ion négatif et un ion d’odeur positif. Les particules se transforment alors en poussière et tombent sur la terre.

Générateurs d’ozone

Un générateur d’ozone est un autre moyen peu courant d’éliminer les odeurs. Les générateurs d’ozone fonctionnent en exposant l’air vicié à la lumière UV, qui transforme l’oxygène en ozone.

Les générateurs d’ozone peuvent être utilisés pour maintenir la qualité de l’air dans la salle de culture ainsi qu’en ligne avec les conduits d’évacuation. L’avantage des générateurs d’ozone par rapport aux filtres à charbon est qu’ils n’ont pas besoin d’être remplacés régulièrement.

Les générateurs d’ozone peuvent être nocifs pour les poumons des personnes. Par conséquent, il est important d’éviter d’inhaler l’air qu’ils produisent et de passer trop de temps dans les zones de culture pendant qu’ils fonctionnent.

Sprays et gels parfumés

Enfin, il existe quelques gels et sprays agréables pour neutraliser les odeurs indésirables dans votre zone de culture. Ces sprays et gels masquent l’odeur au lieu de la supprimer ou de la neutraliser.

Ces solutions ne sont souvent efficaces que pour les petites extensions de placards. Les cultivateurs qui utilisent plus d’une lumière ne doivent pas considérer cette approche comme une méthode efficace de contrôle des odeurs.

Table des matières

FAQ

Vous avez la possibilité de tirer ou de pousser l’air à travers le filtre. Si vous voulez forcer l’air à passer à travers le filtre, il est préférable de retirer le préfiltre extérieur et de le placer avant que l’air ne pénètre dans le lit de carbone.

Pour effectuer votre test olfactif, suivez les étapes suivantes : Retirez le filtre à charbon de votre purificateur. Sentez le filtre à charbon en tenant le centre du filtre à votre nez (à moins de 1-3 cm). Si vous détectez une odeur aigre, acide ou chimique, votre filtre à charbon est saturé et doit être changé.